Le Guidon Valencien accueille la réunion des diagonalistes du Sud-Ouest dans la salle Léo-Gipoulou, le samedi 18 novembre à 17 heures. C'est un évènement pour le club local mais aussi pour ceux qui ont réussi leur diagonale en 2017.

Lors de cette réunion, ils recevront leur carnet de diagonales réussies. Ils seront une vingtaine à être récompensés.

1 100 km en 100 heures

Mais «Qu'est-ce une diagonale ?», s'interrogent les non-initiés au cyclotourisme. C'est tout simplement traverser la France en diagonale à bicyclette dans un chrono imposé. Cela paraît simple mais en fait pas autant que cela ! C'est faire 1 100 km en 100 heures, en autonomie complète, avec un pointage au départ qui donnera l'heure d'arrivée maximale, et pour réussir l'épreuve il faut des pointages intermédiaires d'attestations de passage.

Il existe neuf diagonales possibles comme, par exemple, Brest-Strasbourg. C'est à partir des six points extrêmes que représentent les six villes que sont Brest, Strasbourg, Perpignan, Menton, Dunkerque et Hendaye, que sont constituées ces diagonales. La route pouvant être avalée dans l'autre sens, cela fait au total 18 possibilités de diagonales.

Vu sur une carte, cela paraît simple : on tire un trait ; c'est tout droit ! Pour un cyclo, la vision n'est pas la même. Cela sous-entend de rouler le jour et/ou la nuit, éviter les grandes villes encombrées, les grands axes, prévoir les nuitées (hôtel ou belle étoile), et, si possible, de minimiser les dénivelés positifs. Il y a donc un travail de préparation de l'itinéraire assez conséquent qui ne protège pas de surprises du réseau routier évolutif ou des aléas de la météo.

Deux Valenciens diplômés

Des Valenciens se sont lancés dans cette aventure. Didier Louda qui s'y est essayé. Mais deux de ses compères du Guidon Valencien ont réussi à boucler leurs neuf diagonales sur 5 ans. Il s'agit de Jean-Marie Souyris et Pascal Vignoles qui ont reçu leur diplôme en début d'année.

 

Jean-Marie Souyris et Pascal Vignoles